BLVD 102.1 FM

La traverse

le meilleur rock à Québec

Lancer la Web radio Lancer la Web radio

Je suis allé au casting porno d’AD4X Productions au Bar St-Josef.

Philippe Couture
lundi 26 août 2019 18:09

Samedi dernier avait lieu au bar St-Josef du Boul. Bastien le casting porno de la compagnie de production pornographique AD4X.

Ayant défrayé la manchette tout au long de la semaine dernière sur fond de controverse, j’ai eu envie d’aller faire un tour à l’événement pour me faire ma propre idée.

Il était 19h15 lors de mon arrivée, il faisait encore clair et l’heure n’était pas à la débandade. J’ai rapidement remarqué que plusieurs hommes seuls avaient déjà trouvé place dans le bar dont Marc (nom fictif) qui en était à son 4e casting AD4X, mais qui n’avait jamais eu la chance d’aller faire un tour dans la fameuse roulotte : « Ils me font toujours attendre faque finalement il est trop tard quand c’est rendu mon tour, mais asoir j’ai ben l’intention de brasser la cabane » m’a déclaré le costaud personnage de plus de 300 livres avec une détermination à en faire rougir les anges.

 Non loin de là assis dans un coin, la tête d’affiche du volet musical de la soirée patientait calmement. D-Natural en personne m’a expliqué avoir reçu de nombreuses menaces physiques au cours de la semaine concernant son implication dans l’événement. Il a même reçu un appel des policiers de la Ville de Québec qui souhaitaient s’assurer de sa sécurité, une première pour lui. Malgré tout, le rappeur de Québec a livré une performance digne du talent et de la verve qu’on lui connait.

Un peu plus tard, l’équipe d’AD4X productions est arrivé sur les lieux. Si j’ai pu rapidement les approcher afin de discuter avec eux, je voyais qu’ils semblaient préoccupés. Impression qui fût confirmée par le dirigeant et propriétaire de la boîte de production, André De La Seine, qui m’as plus tard expliqué que la fameuse roulotte dans laquelle devait prendre part le casting n’avait pas pu se rendre sur place en raison de problème mécanique. C’est donc dans une limousine venue tout droit de Montréal que les accouplements artistiques allaient avoir lieu. La controverse entourant son événement dérange peu André De La Seine qui refuse toute comparaison avec de la prostitution. « Si c’était de la prostitution, ça fait un bout que je serais en prison » clame le flamboyant personnage qui en est à son 15e casting du genre et qui a commencé sa carrière en important des DVD pornographiques des États-Unis.

 L’heure des castings ayant sonné, je me suis dirigé vers la limousine qui se trouvait sur un terrain adjacent au bar St-Josef. À l’intérieur, la pornstar Krys Brind Love attendait les candidats avec une aisance et une désinvolture désarmante. Si le premier candidat est resté peu de temps à l’intérieur du véhicule, le second, un vendeur d’assurance trentenaire, y est resté assez longuement. Complètement charmé par Brind Love, le principal intéressé a déclaré qu’il referait des scènes n’importe quand pour AD4X Productions. Comme quoi, le plaisir croît avec l’usage.

J’ai par la suite rencontré Michael, un mécanicien de 30 ans avec la confiance d’un coq en pleine basse-cour. S’il venait simplement prendre une bière au départ, Michael a rapidement eu envie de tenter sa chance sous les projecteurs afin de peut-être connaître la fameuse gloire accordée aux acteurs pornos québécois. S’il était plein d’assurance en entrant dans la limousine, Michael s’est rapidement dégonflé, au même titre que son membre, une fois dans la limousine. Déçu, mais serein, il avouera que c’est le stress qui fût responsable de son absence de performance. Conciliante et chaleureuse, Brind Love a pris la défense de Michael en expliquant que c’est quelque chose qui arrive relativement souvent dans le domaine, ce qui explique le nombre peu élevé d’acteurs porno au Québec.

Il était environ minuit lorsque j’ai quitté le bar St-Josef qui était bondé même si j’ai cru percevoir une certaine déception de la production sur l’achalandage . Étrangement, je n’ai vu aucun policier sur place lors de l’événement. Peut-être avaient-ils d’autres chats à fouetter puisqu’il s’agissait sommes toutes d’une soirée assez tranquille.

Bref, beaucoup de bruit pour pas grand-chose…

Par Phil Couture

Écouter

Le DRIVE - Phil Couture nous raconte sa soirée passée au casting porno au Bar St-Joseph